Tribute to Henrik Larsson, le gendre idéal !

Publié par Johann le Vendredi 30 octobre 2009 à 11h10

On l’imaginait. On y pensait. Cela effleurait notre pensée mais on refusait d’y croire. Cette année, c’est la dernière : Henrik Larsson met un terme à sa carrière de footballeur. Une chose est sûre, il ne nous refera pas le coup de la sélection nationale avec deux faux-adieux avant de revenir sur sa décision. Même si on l’espère secrètement, la décision parait mûrement réfléchie et il faudra s’y faire.

Henrik Larsson c’est un peu le gendre dont chaque famille suédoise rêve. Du fin fond de la Norrbotten aux quartiers les plus riches de Stockholm, Larsson a toujours fait l’unanimité. L’exemplarité de la carrière du buteur suédois couplée à des statistiques de rêve en ont fait l’idole de toute une génération, celle qui, en ce moment même, se repasse les exploits de Henke sur Youtube.

Henrik Larsson, mi-homme, mi-buteur. Un joueur au mental d’acier et à la carrière bien remplie (Photo : Getty Images)

Larsson a donc terminé sa carrière là où il avait explosé, à Helsingborg. Histoire de boucler la boucle. Dans cette ville côtière du sud-ouest, Henrik Larsson s’est révélé aux yeux d’un pays tout entier en marquant quasiment un but par match pendant 18 mois. Comme tous les jeunes footballeurs suédois, Larsson doit s’exiler pour progresser. Comme beaucoup d’entre eux, encore aujourd’hui, il choisira le championnat des Pays-Bas comme première étape. Il atterit donc au Feyenoord Rotterdam en 1993. Peut-être parce que la ville néerlandaise se trouve à une distance moins élevée que Zurich qui le voulait également. Avec « De club van Zuid« , Larsson perd de son efficacité car il est régulièrement aligné sur les côtés, sa pointe de vitesse étant intéressante.

Après quatre années aux Pays-Bas, Henke Larsson rejoint le Celtic Glasgow et l’Ecosse. Ce sera certainement sa plus belle histoire d’amour en club. Six saisons pendant lesquelles il termine cinq fois meilleur buteur du championnat. Six saisons de bonheur qui verront ses supporters l’élire dans l’équipe type de l’Histoire du club, le seul joueur non-écossais. A Glasgow, Larsson se fait une réputation. Les français le découvrent lors d’un match de Coupe d’Europe face à Lyon, avec des cheveux mais aussi avec une fracture tibia-péroné. Cela sera son plus grand moment de doute.

Pour les plus jeunes, sachez qu’Henrik Larsson a eu des cheveux, il y a fort longtemps !

La seconde intervient alors qu’il va quitter Glasgow. Après dix ans dans un climat froid et humide, Larsson souhaite jouer sous le soleil espagnol. Mais à 32 ans, il se dit qu’il ne pourra pas jouer avec une équipe au top comme le Real Madrid, Barcelone ou Valence. Majorque lui fait une proposition mais se battre contre la relégation ne l’enchante guère. Et puis, miracle, le Barça lui propose un contrat d’un an. Larsson répond favorablement et débarque en Catalogne. Malgré une grave blessure, le Barça prolonge son contrat d’une deuxième année et ne le regrettera pas. En finale de la Ligue des Champions, Larsson entre à la 61ème et est à l’origine des buts d’Eto’o et Belletti. Malgré une nouvelle offre du Barça, Larsson décide de retourner en Suède où Helsingborg lui fait les yeux doux.

Il inscrit 12 buts en 20 matchs pour son retour en Allsvenskan. Puis entre janvier et mars, période qui correspond à l’entre-saison en Suède, il est prêté à Manchester United pour renforcer la ligne d’attaque. Il inscrit alors trois buts pour MU, une dans chaque compétition et gagne le coeur d’Old Trafford. Sir Alex Ferguson lui propose de terminer la saison en Angleterre mais Larsson est fidèle à sa promesse. Il ne fera que trois mois et retourne débuter la saison avec Helsingborg. Il inscrira 44 buts en trois saisons, avec une moyenne d’un peu plus d’un but tous les deux matchs.

Et puis, mi-octobre, l’annonce tombe. Henke décide qu’il est temps pour lui de raccrocher les crampons à la fin de la saison. Mercredi, lors de la réception de Djurgården, il a été fêté comme un roi. Pour son dernier match à l’Olympiastadion, les supporters lui ont réservé un accueil remarquable. Henrik Larsson se voit remettre le titre de joueur de l’année 2009 ainsi que divers trophées du club et de la ville. Une partie du stade brandit des panneaux « Tack Henrik » (Merci Henrik) alors que son nom est scandé. Le match, anecdotique pour Helsingborg est perdu 0-2 mais les supporters n’ont qu’une chose en tête, l’adieu à la légende.

Image de prévisualisation YouTube

Très ému, Henrik Larsson prend le micro après le match et prononce un beau discours. Remerciant les supporters, le président, l’entraîneur et ses coéquipiers, Larsson explique qu’Helsingborg restera quelque chose de très spécial dans sa mémoire. Très humble, comme à son habitude, Larsson voit défiler sur l’écran géant des messages de personnes qui l’ont côtoyé comme ses premiers entraîneurs, Lars Lagerbäck, Gio Van Bronckhorst, Alex Ferguson, Zlatan Ibrahimovic et bien d’autres. Le président d’Helsingborg annonce ensuite que le numéro 17, celui de Larsson, ne sera plus attribué au club. Une dernière ovation plus tard, Larsson rentre tête basse et les yeux humides au vestiaire.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Larsson restera comme l’un des sportifs les plus aimés de Suède. Longtemps ses posters ont orné les murs des plus grands magasins de sport du pays aux trois couronnes. Aujourd’hui, alors que la nouvelle idole est Zlatan Ibrahimovic, Henke reste aussi populaire car personne n’a oublié son dévouement à la sélection nationale, alors que Zlatan donne l’impression de traîner les pieds. Son humilité, sa disponibilité, sa gentillesse, son envie de travailler, progresser et apprendre chaque jour ont fait de lui un très grand professionnel aux 415 buts en 579 matchs. Aujourd’hui, s’il décidait de se présenter dans une élection politique, il gagnerait haut la main. Pour reprendre une phrase rendue célèbre par Bill Shankly, Larsson n’est pas qu’une question de vie ou de mort. C’est bien plus que ça…

Tack Henrik (Photo AP)

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à le dire en cliquant  

Autres articles à (re)découvrir !

 
Zone commentaires

3 commentaires sur cet article

  1. Georges@Bitbol dit :

    Tres bon article sur un joueur fabuleux.

    Good bye Henke

  2. Ils ont marqué l’histoire en 2009 « Footballwrite, le Blog Football dit :

    [...] qu’il met un terme à sa carrière ! Rendez lui hommage ! ( Par ailleurs, je vous conseille l’article de CoupFranc pour se remémorer en deux petites minutes la carrière de ce grand joueur Suédois ! [...]

  3. Kungs dit :

    Quelle carrière !! Tack Henrik.

Laisser un commentaire

Pour les petits malins comme les plombiers, avocats et consorts qui souhaitent se servir des commentaires pour laisser plein de liens vers leurs propres blogs/sites, sachez que vous serez marqués comme "indésirables".

 
 
 
Coup d'envoi par O2Sources - Propulsé par Wordpress