Byron Moreno, d’arbitre à scandale à dealer d’heroïne

Publié par Johann le Mercredi 22 septembre 2010 à 11h09

Alors Byron, baron de la drogue? On peut maintenant se poser la question. En effet, l’ancien arbitre équatorien Byron Moreno a été arrêt à l’aéroport JFK de New-York avec six kgs d’héroïne scotchés dans son pantalon. Pour lui, désormais, l’avenir s’écrira en prison et non plus à la télévision où il exerçait depuis plusieurs années, aux côtés de blondes siliconées, loin des terrains de foot qui l’auront rendu célèbre. Il pourra toujours lire en prison la première réaction de Buffon suite à l’annonce de son arrestation « à mon avis, en 2002, il les avait déjà les six kilos de drogue, et dans le corps. » Pourquoi le gardien de la Juve est-il si méchant?

Byron Moreno a toujours été entre l’arbitre et le justicier. Entre Lucky Luke et les Dalton. Sa réputation d’arbitre sévère, il la doit à ses exploits dans le championnat équatorien. Mais sa renommée internationale, il la doit  la Coupe du Monde 2002 et au huitième de finale entre l’Italie et la Corée du Sud, co-organisateur du Mondial. Lors de ce match, Moreno avait tout simplement permis à la Corée du Sud de se qualifier en expulsant Totti pour une simulation (l’italien en avait rajouté mais le contact était réel dans la surface), et en refusant un but valable à l’Italie lors de la Prolongation. Il mettra six ans avant d’avouer ses erreurs et provoquera la colère des supporters italiens qui avaient laissé libre cours à leur imagination pour décrire l’honnêteté de cet arbitre.

Image de prévisualisation YouTube

Quelques semaines plus tard, rebelote et nouveau scandale lors d’un match entre le LDU Quito et le Barcelona Sporting Club. A cette époque, Byron Moreno était candidat à Quito pour les élections municipales et n’avait rien trouvé de mieux que de faire jouer douze minutes de temps additionnel (au lieu des six annoncées), permettant à Quito d’égaliser et prendre l’avantage 4-3. Devant le scandale provoqué par cet arbitrage, la fédération l’avait suspendu pour vingt matchs de championnat.

A son retour de suspension, il se distinguait à nouveau. Pour son premier match, il distribuait six cartons jaunes, un rouge et attribuait un pénalty imaginaire. Deux matchs plus tard, il expulsait trois joueurs du Quito Deportivo (aucun rapport, sans doute, avec le fait qu’il ait perdu les élections quelques semaines plus tôt) et était à nouveau suspendu par la fédération, avant de prendre définitivement sa retraite dans la foulée. Quelques années plus tard, il imputera ses erreurs à ses assistants. Quant à cette affaire de drogue, Byron Moreno doit déjà chercher un coupable idéal pour s’en tirer une nouvelle fois. Mais cette fois-ci, le match s’annonce serré et il n’y aura pas de temps additionnel.

Angel Di Livio pas content. Mais alors pas content du tout. (Photo AP)

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à le dire en cliquant  

Autres articles à (re)découvrir !

 
Zone commentaires

2 commentaires sur cet article

  1. Gero dit :

    Une reconversion probable pour M. Chapron !

  2. Les tweets qui mentionnent Byron Moreno, d’arbitre à scandale à dealer d’heroïne | Football .:. Blog foot coupfranc.fr -- Topsy.com dit :

    [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par roycod, Mathieu Géniole et William Marcy, Blog In Sport. Blog In Sport a dit: Byron Moreno, d’arbitre à scandale à dealer de cocaïne http://tinyurl.com/2eguqas [...]

Laisser un commentaire

Pour les petits malins comme les plombiers, avocats et consorts qui souhaitent se servir des commentaires pour laisser plein de liens vers leurs propres blogs/sites, sachez que vous serez marqués comme "indésirables".

 
 
 
Coup d'envoi par O2Sources - Propulsé par Wordpress