Un Euro pour se révéler

Publié par Romain Luciani le Vendredi 08 juin 2012 à 12h06

 A chaque nouveau Championnat d’Europe des Nations, les fans de football et les journalistes choisissent à l’avance leurs champions. Cette année ne déroge pas à la règle puisque tout le monde attend Cristiano Ronaldo, Karim Benzema, Mesut Ösil ou peut-être Fernando Torres. Cependant il ne faut pas oublier que beaucoup de joueurs qui ont explosé lors d’un Euro étaient bien souvent des joueurs moins médiatisés, pour diverses raisons. Retour sur ces joueur, d’Olivier Bierhoff à Andreï Archavine, qui se sont révélés grâce à cette compétition.

Olivier Bierhoff – Euro 1996

Illustre inconnu, même dans son propre pays, ce grand attaquant allemand a mis un temps fou pour exploser au niveau international. Après quatre années passées en Série B italienne avec l’Ascoli Calcio, Olivier Bierhoff découvre enfin la première division italienne avec l’Udinese. Avec le club de Frioul, il acquiert enfin la notoriété nécessaire pour obtenir sa première sélection avec la Maanschaft à 28 ans, en marquant 17 buts en 31 matchs de championnat.

Retenu par Berti Vogts pour jouer l’Euro 1996 en Angleterre, il va devenir le héros de tout un pays lors de la finale face à la République Tchèque lorsqu’il rentre en fin de match (son équipe est mené 1-0) et inscrit un doublé pour offrir l’Euro à l’Allemagne. La suite de sa carrière est plus en adéquation avec son nouveau statut : il remporte notamment la Série A avec le Milan AC, mais surtout il enchaine 70 sélections pour 37 buts marqués.

Image de prévisualisation YouTube

Savo Milosevic – Euro 2000

Le serial buteur serbe par excellence. Dans un premier temps il se fait remarquer dans son championnat national en inscrivant la bagatelle de 74 buts en 98 matchs, entre 1991 et 1995. Grâce à ce modeste ratio, il va découvrir la Premier League anglaise en devenant le plus gros transfert, à l’époque, d’Aston Villa puis la Liga avec Saragosse. International yougoslave depuis 1994, il va atteindre l’apogée de sa carrière lors de l’Euro 2000.

L’équipe de la République fédérale de Yougoslavie se retrouve dans le Groupe C et compte sur un grand Milosevic pour conquérir la seconde place de la poule. Un doublé pour arracher le nul face à la Slovénie (3-3), et le but de la victoire face à la Norvège (1-0). En quart de finale, les yougoslaves se font punir par les néerlandais 6 buts à 1, but marqué par Savo qui lui permet d’être co-meilleur buteur de la compétition (5 buts) avec Patrick Kluivert. La suite de sa carrière est plus chaotique, il traine son CV aux quatre coins de l’Europe – bien souvent en prêt – sans jamais jouer dans un un grand club prestigieux.

Image de prévisualisation YouTube

Milan Baros – Euro 2004

Lorsque débute le Championnat d’Europe 2004, Milan Baros n’est encore qu’un jeune espoir qui tarde à confirmer tous les espoirs que son pays placent en lui. D’autant plus qu’il reste sur une saison plutôt raté avec les Reds de Liverpool lors de laquelle il n’a marqué que deux but pour 17 matchs, toutes compétitions confondues. Pourtant, le meilleur ami de Stéphane M’Bia va éclabousser de toute sa classe un Euro où peu de joueurs auront réellement marqué les esprits.

Il termine meilleur buteur de cet Euro en inscrivant 5 buts, dont deux doublés très importants face aux Pays-Bas et en quart de final face au Danemark. Par la suite, Baroš s’impose comme titulaire avec le club de la Mersey et réalise une très bonne saison avec 12 buts en 40 matchs et remporte la Ligue des Champions face au Milan AC.  Le reste est moins glorieux. Après une saison et demi assez convaincante avec Aston Villa, il devient le premier gros flop de l’Olympique Lyonnais puis se relance depuis 2008 en Turquie avec Galatasaray.

Image de prévisualisation YouTube

Andreï Archavine – Euro 2008

Il aura fallu huit longues années pour que le « jeune » attaquant russe fasse une percée médiatique en Europe. Lorsque arrive l’Euro 2008, Archavine n’a connu qu’un seul club, le Zénith Saint-Pétersbourg, avec lequel il vient de remporter la Coupe de l’UEFA. Toujours aussi explosif sur son coté avec la sélection russe, il est l’un des hommes forts des phases de qualification avec son comparse Roman Pavlyuchenko. La Russie devient un sérieux outsider et Andreï devient l’une des stars de la prestigieuse compétition européenne.

Après une deuxième place dans le Groupe D, derrière l’Espagne (seule équipe à l’avoir vaincu dans cette phase de poule), grâce à ces deux victoires contre la Suède et la Grèce, la Russie dispose des Pays-Bas en quart de finale. Malheureusement la Sbornaïa retrouve l’équipe espagnole qui la défait à nouveau lors des demi-finales. Peu importe la côte d’Archavine a explosé et il rejoint Arsenal juste après l’Euro. Malgré quelques prestations encourageantes, ses quatre saisons avec le club londonien demeurent un échec et il retourne au Zénith en prêt au milieu de la saison 2011-2012.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à le dire en cliquant  

Autres articles à (re)découvrir !

Random Posts

 
Zone commentaires
Soyez le premier à laisser un commentaire 0 commentaires

Laisser un commentaire

Pour les petits malins comme les plombiers, avocats et consorts qui souhaitent se servir des commentaires pour laisser plein de liens vers leurs propres blogs/sites, sachez que vous serez marqués comme "indésirables".

 
 
 
Coup d'envoi par O2Sources - Propulsé par Wordpress